Surmonter les pensées négatives et la colère par la pratique spirituelle

1. Introduction

Enfant, je croyais que Dieu existait, mais Il n’avait pas de forme particulière. Ma famille est d’origine chinoise et nous suivons des croyances et des traditions bouddhistes. A partir de mes 10 ans environs, je voulais essayer de parler avec Dieu par intermittence, généralement la nuit avant de dormir pour Le remercier de s’occuper de ma famille et de Lui demander de continuer à s’occuper de nous. Chaque fois que j’ai été dans toute sorte de problèmes ou si j’étais près d’avoir un accident grave, je me souvenais de Dieu dans ces moments.

2. Problèmes conjugaux entre mes parents

À un jeune âge, mes parents ont commencé à avoir des problèmes conjugaux et souvent ceci se passait à la maison en face de nous. J’ai deux autres sœurs, mais sur les trois d’entre nous, ma mère se confiait à moi sur les choses que mon père a fait et dit envers elle. Il était troublant pour moi d’entendre ce qu’elle me disait et j’ai commencé à développer de la colère envers mon père et j’ai souvent été déprimée à l’intérieur car il n’y avait rien que je pouvais faire pour corriger la situation.

Mes années d’école primaire ont été remplies avec des visites au conseiller scolaire pour m’aider à faire face à la situation à la maison. J’ai commencé à devenir émotionnellement attachée à mes professeurs à l’école car je trouvais du confort dans la façon dont ils étaient capables de me comprendre et de ma situation d’une manière que mes parents ne pouvaient pas. Malgré un certain appui à l’école, les problèmes que je ressentais à l’intérieur n’étaient pas résolus.

3. L’adolescence

Quand j’avais environ 15-16 ans, je sentais que quelque chose a commencé à changer en moi. La dépression que je me sentais envers ma situation familiale s’est transformée en colère envers mes deux parents. J’étais en colère contre mon père pour la double vie qu’il vivait et j’étais en colère contre ma mère de ne rien faire à propos de la situation, comme le dépôt de divorce. Comme ma mère était toujours en colère contre mon père, elle ventait souvent sa colère et le stress sur moi et mes sœurs.

Radha-2008

Autour de cette période, j’ai commencé à m’habiller tout en noir, et utiliser du vernis à ongles noir. J’ai pris la décision de couper mes longs cheveux très courts pour la première fois et de les teindre en différentes couleurs allant du vert au bleu au violet. A cette époque, j’ai aussi écouté beaucoup de musique métal (musique lourde) comme Slipknot et Godsmack avec des paroles obscènes et je jurais souvent dans mon discours ordinaire. J’aimais regarder les films d’horreur et le plus macabres ils étaient, plus je voulais les regarder. J’ai commencé à avoir des pensées et des désirs de percer mon sourcil, lèvre, etc. et à tatouer mon corps.

Il y avait aussi des moments où je me sentais une colère intense pour aucune raison particulière, mais j’avais envie de crier ou de perforer le mur. J’étais aussi devenue très facilement émotif au cours de ces années. Mes amis et la famille à l’époque étaient confus parce que c’était comme s’il y avait une nouvelle facette de ma personnalité qui a surgi tout à coup.

C’est au cours de cette période de ma vie que j’ai aussi commencé à remettre en question ma sexualité. À certains égards, je me comportais comme un homme et je sentais peu ou pas d’attirance pour le sexe opposé. J’ai commencé à avoir un certain attrait à mes amis proches qui étaient des femmes, mais j’avais trop peur d’exprimer ces pensées et sentiments à quiconque. Parfois, je commençais à avoir des pensées sexuelles sur le même sexe et ils seraient tellement intenses que je sentais comme si quelque chose n’allait pas avec moi. J’ai pensé que c’était un signe que j’étais gay, même si je n’avais jamais eu une relation avec une femme.

J’ai lutté avec la réalisation et de découvrir qui j’étais en tant que personne et je me sentais instable à l’intérieur dans la poursuite de divers intérêts. Cela me faisait constamment sentir agitée à l’intérieur. Plus tard, j’ai réalisé que seule la spiritualité peut nous aider à réaliser qui nous sommes vraiment.

4. L’intérêt à la spiritualité

J’ai commencé à prendre plus d’intérêt pour la spiritualité après avoir commencé l’université en 2008. J’ai commencé à prendre de nombreuses classes en anthropologie et été très curieuse d’en apprendre sur les différents systèmes de croyances et des religions de différentes cultures à travers le monde ainsi que leurs connaissances sur la dimension spirituelle.

Autour de cette période, j’ai commencé à travailler dans un magasin de récréation et camping de plein air où je suis devenue amies avec deux personnes (qui devinrent plus tard aspirants spirituels de SSRF). Je me suis sentie instantanément connectée avec deux d’entre eux car nous parlions souvent de divers sujets de la spiritualité. Après le travail ou le week-end j’allais souvent à leur maison pour parler de spiritualité et ils me montraient les différents livres qu’ils avaient sur la spiritualité et la guérison spirituelle.

5. Commencer la pratique spirituelle avec SSRF

En 2009 mes deux collègues de travail avaient planifié un voyage pour visiter Goa, en Inde et m’ont demandé de s’occuper de leur maison pendant leur absence. Quand ils se sont rendus en Inde, de façon inattendue ils ont séjourné au centre de recherche due SSRF et ont commencé leur pratique spirituelle là-bas.

Au cours de ces quelques mois alors qu’ils étaient absents, nous avons commencé à avoir des expériences d’une entité négative dans ma maison de famille. Ma tante, la sœur cadette et moi-même étions en mesure de percevoir la présence de cette entité négative et il faisait souvent de différentes choses dans la maison pour essayer de nous faire peur.

Ne sachant pas quoi faire, j’ai envoyé un email à mes deux amies qui étaient au centre de recherche de SSRF afin d’expliquer ce qui se passait car elles étaient les seules amies que j’avais qui comprendraient et éventuellement de nous offrir quelques conseils. Ils m’ont transmis le lien vers le site du SSRF et nous ont demandé de commencer de répéter le nom de “Shri Gurudev Datta”. Pendant la lecture du site pour la première fois, je me souviens d’être sentie comme tout ce que je lisais était la vérité et il n’y eut jamais un doute de ce qui a été écrit dans aucune de ces articles.

Le premier jour que j’ai commencé à répéter le Nom de Datta, ce même soir, j’ai eu une expérience vivante comme la paralysie du sommeil et une pression douloureuse poussant contre mon corps. J’avais connu la paralysie du sommeil à plusieurs reprises tout au long de mon enfance, mais cette expérience particulière était l,a plus extrême. Automatiquement le Nom de Datta a commencé dans mon esprit et après quelque temps, la paralysie et la pression de sommeil ont arrêté. J’ai commencé à répéter le Nom de Datta quotidiennement et a vécu que chaque fois que je répétais ce nom, l’entité négative n’était pas en mesure de venir près de moi et resterait plus loin. Cela a renforcé ma foi que ce Nom en fait me protégeais et j’encourageais ma famille à faire de même la répétition de ce Nom.

Les aspirants spirituels de SSRF me guidaient à faire pour la Répéter le Nom ou le remède de guérison spirituelle, j’essayais de faire des efforts sincères pour mettre en pratique et a commencé à remarquer des changements positifs dans mon état d’esprit et de bien-être. Je commençais à me sentir plus calme dans les situations où normalement j’aurais beaucoup de pensées me traversant l’esprit ou des pensées négatives.

Bientôt mes amis aspirants spirituels étaient de retour de l’Inde et elles ont partagé avec moi tout ce qu’elles ont appris dans le Centre de recherche spirituelle de SSRF et sur la pratique spirituelle. J’allais souvent à leur maison pour des satsangs et j’étais très enthousiaste de venir chez eux pour des satsangs parce qu’à chaque fois que je faisais l’expérience de beaucoup plus de positivité et j’avais hâte de savoir ce que je pouvais essayer de mettre en pratique.

J’ai aussi commencé à assister aux satsangs de SSRF de l’Amérique du Nord tenues au cours des conférences téléphoniques chaque semaine et j’ai eu plusieurs expériences spirituelles que chaque fois j’avais un peu de doute dans mon esprit, il serait automatiquement répondu par le conducteur du satsang ou un autre participant posant la même question. Je voulais faire en sorte que chaque vendredi soir était libre afin d’assister au satsang et diminuerait les invitations de mes amis pour sortir avec eux car je faisais l’expérience que le Chaitanya que je recevais par ce satsang m’aidait dans mes efforts dans la pratique spirituelle pour toute la semaine.

Nous avons rapidement rencontré un quatrième aspirant spirituel qui habitait dans la même ville que nous et qui a commencé sa pratique spirituelle avec SSRF et, ensemble nous avons organisé et mené une série d’ateliers publiques de SSRF dans les bibliothèques comme notre satseva.

6. Apprendre à gérer et à surmonter la détresse spirituelle

Après un certain temps dans la pratique spirituelle, mon guide-aspirant spirituel m’a expliqué que j’avais une détresse sévère due à des énergies négatives. Elle me le dit le matin avant mon départ pour l’école, et je me souviens assise dans la classe réalisant que d’avoir une détresse sévère signifiait que j’étais possédée par une énergie négative. Il m’a fallu un peu de temps d’accepter cela, mais une fois que j’ai accepté ce fait alors j’ai pu apprendre ce que cela signifiait réellement et ce que je devais faire pour surmonter la détresse.

Mes années d’adolescence ont commencé à avoir plus de sens car je réalisais que toutes les tendances et la raison pour laquelle je me sentais comme deux personnes différentes était attribuable à l’entité négative qui me possédait. J’ai aussi réalisé que comme une entité négative mâle qui me possédait, c’était la raison pour laquelle j’avais l’expérience d’attraction et recevais des pensées sexuelles intenses vers le même genre.

Comme j’ai commencé à augmenter ma pratique spirituelle et des remèdes de guérison spirituelle, l’entité négative me possédant commençais à se manifester dans les mouvements physiques ou à un changement d’expressions faciales. Souvent cela arrivait quand j’étais au satsang ou dans un environnement qui a plus de sattvikta. Heureusement Dieu a pris soin que cela ne se passait que parmi les aspirants spirituels et que ma famille et les amis ne pouvaient jamais en témoigner comme ils auraient probablement eu peur.

La détresse est également venue sous la forme de nombreuses pensées négatives et les pensées de me nuire. Par exemple en conduisant, souvent j’aurais l’envie de tourner la roue pour bloquer la voiture ou je visualisais que ceci se passait devant mes yeux pendant que je conduisais. Pendant ces périodes, je continuais de supplier Dieu de m’aider et de me montrer comment faire abstraction de ces pensées et désirs instamment. Même si ces pensées et ces désirs étaient très forts, Dieu ne m’a jamais laissé avoir du mal.

En 2010, l’atelier spirituel de SSRF de Janvier au Centre de recherche de SSRF a été diffusé pour certains aspirants spirituels du monde entier afin de regarder sur l’Internet. Je me souviens lorsque j’ai essayé de regarder l’une des séances de l’atelier, la détresse était tellement que je ne pouvais pas comprendre tout ce qui se passait. Au cours de cette semaine les muscles de l’estomac se convulsaient en continu pendant toute la journée. J’ai toujours pu conduire et aller à l’école et j’ai eu tellement peur de ce que les autres penseraient s’ils me voyaient faire ces mouvements incontrôlables. Par la grâce de Dieu seul, alors que j’étais assise en classe ou si j’étais en compagnie de ma famille les contorsions incontrôlables de mon corps seraient réduites à quelques petits mouvements. Cependant, quand j’étais seule à nouveau, ils devenaient très sévères. L’expérience comment les mouvements réduisaient en cas de besoin, je me rendais compte que Dieu a dû faire quelque chose qui est au-delà de ma compréhension et donc je l’acceptais.

Grâce à ces expériences, j’ai commencé à réaliser que la détresse était en fait une bénédiction déguisée parce que grâce à la détresse, Dieu m’a appris à développer un esprit de combat, comment développer la gravité et de l’indépendance dans la guérison spirituelle, l’acceptation des situations, et surtout à développer la foi en Dieu qu’Il prend toujours soin de moi.

7. Venir au Centre de recherche de SSRF

En Juillet 2011 je suis venue au Centre de recherche du SSRF pour la première fois à l’atelier spirituel. Après cet atelier j’ai pris la décision d’arrêter mes études et de faire la pratique spirituelle à temps plein. J’avais terminé mes études jusqu’au niveau du certificat afin que je puisse postuler pour un emploi dans ce domaine, mais j’avais prévu à l’origine pour obtenir un diplôme supérieur. J’ai réalisé que beaucoup de temps serait gaspillé en allant à l’école, dans les devoirs et tâches, et en réalité, mon état mondain et le degré de scolarité n’avaient pas d’importance par rapport à l’importance de la pratique spirituelle. Le temps que nous avons maintenant pour la pratique spirituelle avant les moments difficiles était très court.

Par la grâce de Dieu, j’ai eu l’occasion de venir à plusieurs reprises au Centre de recherches de SSRF afin de faire la pratique spirituelle entre les années 2011-2014.

Au Centre de recherche de SSRF je me sentais à la maison et en paix. J’ai beaucoup appris de tous les aspirants spirituels qui y ont vécu et a reçu beaucoup d’aide et de conseils pour ma pratique spirituelle et de progrès spirituel. J’ai fait des efforts pour mettre en œuvre les huit aspects de la pratique spirituelle et me suis concentrée sur la pratique du procédé de suppression de défaut de la personnalité. En étant en compagnie de Saints en continu, ceci a renforcé ma conviction qu’il n’y a plus rien d’autre de plus important que la vie spirituelle et de faire une pratique spirituelle.

Lors de mes premières visites au centre de recherche de SSRF, l’énergie de détresse qui me possédait manifestait souvent violemment. J’ai participé à différentes expériences subtiles dont l’énergie négative se manifestée et se contorsionnait de façon inhumaine. Ces expériences m’ont permis d’en apprendre davantage sur les énergies négatives et comment me différencier de l’entité possédant. La seule chose qui pouvait calmer ces manifestations a été de faire des efforts pour éveiller l’émotion spirituelle, répéter le Nom de Dieu et en faisant des prières intenses à Dieu. Ces expériences ont renforcé ma foi que seul Dieu pouvait me sauver de la détresse et les énergies négatives et qui est l’une des raisons pour lesquelles ils sont menés. L’autre raison est que la détresse de l’énergie négative diminue chez l’aspirant spirituel après ces expériences subtiles comme les entités négatives sont obligées de se manifester et ainsi de perdre leur énergie noire.

8. Atteindre 61% de niveau spirituel

En Mars 2013 alors que je me trouvais au Centre de recherche de SSRF, il a été annoncé que j’avais atteint le niveau spirituel de 61% du niveau spirituel. Je sentais une immense gratitude à Dieu car c’était seulement à cause de Sa grâce et Sa sollicitude que le progrès spirituel pouvait se produire en dépit de la détresse spirituelle que j’ai vécue. En essayant d’accepter et de prendre toutes les situations et d’expériences en tant que pratique spirituelle que Dieu me montre, lorsque nous prenons un pas vers Dieu, Il fait dix étapes vers nous. Je me sentais reconnaissante que, grâce à tous les aspirants spirituels dont j’étais en contact avec SSRF, Dieu a guidé et m’a aidé à pratiquer les huit aspects de la pratique spirituelle et de comprendre comment faire des efforts pour surmonter mes défauts et égo à travers le processus d’élimination des défauts de la personnalité.

9. L’état actuel

Je ne sais pas où je serais si je n’étais pas entrée en contact avec SSRF et d’avoir commencé la pratique spirituelle avec eux. Seulement à cause de la pratique spirituelle étais-je en mesure de réaliser le vrai but de la vie et d’être capable de lâcher des difficultés auxquelles j’ai été confrontée. Je ne suis plus confuse au sujet de qui je suis parce que la pratique spirituelle m’a fait réalisée que nous sommes tous vraiment L’âme intérieurement. Je suis maintenant mariée à un aspirant spirituel mâle de SSRF et je suis reconnaissante que nous tous les deux nous aidons les uns les autres dans notre pratique spirituelle.

Ma détresse spirituelle a réduit grandement et je suis en mesure de consacrer plus de temps pour la pratique spirituelle et Satseva. Je suis redevable à Dieu et SSRF pour m’aider à surmonter cette détresse spirituelle qui aurait pu me suivre à travers d’innombrables vies. Le calme et la paix que l’on ressent à l’intérieur par la pratique spirituelle est quelque chose que je vois tellement de gens qui en luttent dans la société.

Si je pouvais partager une chose avec les lecteurs de SSRF, ce serait mon plaidoyer sincère pour eux de commencer leur pratique spirituelle aujourd’hui comme il n’y a rien d’autre dans ce monde qui peut vous apporter la paix et la réalisation de qui vous êtes vraiment. Peu importe combien de hauts et de bas qu’il y a sur le chemin spirituel, continué de persévérer dans la foi comme le but ultime de parvenir à Dieu est une valeur à chaque instant de l’effort qu’on met afin d’être sur ce chemin.

– Mme Christie Leung, de Vancouver, Canada