Surmonter la peur et la timidité grâce à des traitements guérisons spirituelle et à une pratique spirituelle

SSRF publie ces études de cas dans l’intention de fournir une orientation à nos lecteurs en ce qui concerne des problèmes qui se manifestent à un niveau physique ou psychologique, mais qui peuvent avoir leur racine dans la dimension spirituelle. Lorsque la cause première d’un problème est de nature spirituelle, nous avons observé que l’inclusion de traitements de guérison spirituelle apporte généralement les meilleurs résultats. SSRF recommande de poursuivre les traitements de médecine conventionnelle parallèlement à l’application de remèdes de guérison spirituelle pour le traitement des maladies physiques et psychiatriques. Les lecteurs sont invités à prendre un remède de guérison spirituelle à leur propre discrétion.

Résumé :

Ceci est un témoignage de Swati, qui a souffert mentalement depuis son plus jeune âge. La cause première de toutes ses difficultés était l’attaque continuelle d’un sorcier subtil (mantrik) issu du monde subtil, depuis sa petite enfance. Cela ne fut mis en évidence que lorsqu’elle eut 16 ans. Depuis ce jour-là elle à commencer l’application de divers traitements de guérison spirituelle, sur un fond de pratique spirituelle continuelle afin de vaincre l’influence du sorcier subtil. Maintenant, à l’âge de 20 ans, elle a réussi à surmonter tous ses défauts de personnalité et sa détresse mentale, et elle prend en charge les responsabilités de propager la spiritualité

ENG_Swathi1. Introduction

Comment fait-on lorsqu’on a de sévères défauts de la personnalité et que l’on apprend qu’ils sont essentiellement dus à un sorcier subtil (mantrik), c’est à dire un fantôme très puissant ? Comment fait-on pour combattre un fantôme invisible et prendre le dessus ? La vie de Swati Bhosale est un témoignage de comment une personne peut vaincre de nombreuses difficultés à la fois dans les dimensions psychologique et spirituelle jusqu’à s’épanouir en tant que jeune dirigeante. Cette étude de cas concerne sa vie.

2. La petite enfance de Swati et les difficultés qu’elle a affrontées

Problèmes principaux : D’aussi loin qu’elle puisse se souvenir, Swati était extrêmement timide et avait peur d’être seule. Elle raconte comment ces deux défauts de la personnalité ont joué contre elle de diverses façons et l’ont empêché de vivre une vie normale. Pour aggraver la situation, elle était tourmentée par de fréquents cauchemars tout au long de son enfance.

“J’avais besoin de compagnie en permanence et que quelqu’un m’accompagne où que j’aille. Souvent, quand mes parents n’étaient pas là, je fermais la porte, j’allumais la lampe et je restais allongée sur le lit pendant des heures. J’avais une telle peur ! Je ne m’aventurais jamais à l’extérieur pour aller parler à nos voisins ou à mes amis. Je me tenais en permanence à l’écart du monde extérieur durant toute mon enfance.

J’étais également effrayée par les attroupements. Si toutefois j’allais dans une foule, je me sentais très crispée. Je ne pouvais pas expliquer la raison de cette peur mais j’essayais autant que possible d’éviter ou il y’ avait du monde.

Dès ma jeune enfance, j’avais le même rêve à répétition. Pendant que je dormais, J’éprouvais vivement que j’étais assise dans une salle de classe avec tous mes camarades. Soudain, quelqu’un entrait dans notre classe avec un bâton à la main, et sans raison, il commençait à nous battre sans merci. Nous ne pouvions pas nous échapper car nous étions ligotés avec des cordes. Pendant qu’il nous battait, nous hurlions de douleur et nous pleurions. Alors je me réveillais en criant.

Dans un autre de mes rêves, j’avais la sensation que quelqu’un était assis sur mon corps et essayait de m’écraser si fort que j’étais incapable de bouger la moindre partie de mon corps. J’étais complètement piégée, avec un sentiment d’impuissance. J’ai eu ce rêve à partir de ma sixième année, environ 5-6 fois par an jusqu’en 2004. Dans l’année 2004, la fréquence de ce rêve a augmenté jusqu’à 5-6 fois par jour !

Sans raison apparente, j’étais pétrifiée à l’idée de parler à un membre du sexe opposé. Je trouvais d’innombrables manières d’éviter de parler à toute personne du sexe masculin. Je disais seulement le strict minimum à mes enseignants masculins. Je n’adressais même pas la parole à mes oncles et cousins. Jusqu’à la fin de mes études, Les seules personnes du sexe masculin à qui je parlais étaient mon père et mon frère. J’avais un niveau scolaire plutôt bon au niveau des épreuves écrites. Cependant j’étais désespéré par toute épreuve orale à l’école où je devais répondre à une question posée par un enseignant masculin.”

Faible santé physique : Jusqu’à l’âge de 5 ans Swati a eu des accès de fièvre répétés. Pendant sa scolarisation, n’importe quelle activité physique l’effrayait. Elle éviter de pratiquer toute forme de sports. Un jour elle a été littéralement forcée par un de ses éducateurs à participer à une course. Elle s’est effondrée à mi-chemin et est devenue inconsciente. Inutile de dire que ce fut la dernière fois que l’on tenta de la faire participer à une course. Swati restait à l’écart de toutes les activités périscolaires.

Elle se rend compte qu’elle a un problème :  Quand Swati entra en 3 eme elle commença finalement à faire face au fait qu’elle avait de sérieux problèmes de personnalité. Elle venait de tenter désespérément d’échapper à des cours extra-scolaires auxquels ses parents l’avaient inscrite. Elle savait qu’elle n’avait absolument aucune raison évidente de ne pas vouloir y aller.

3. Le moment décisif

Pendant l’année scolaire, un voisin invita sa mère à assister satsang donnée par le Centre de Recherche de la Science Spirituelle (SSRF). Sa mère rapporta deux cassettes audio des enseignements de H.H. Dr. Athavale. La diffusion de ces enregistrements dans sa maison est un moment qui restera à jamais gravé dans la mémoire de Swati.

“J’écoutais attentivement les cassettes et j’étais transportée par la divinité que je percevais dans Sa voix. Il parlait de concepts simples de Spiritualité et soulignait l’importance d’une pratique spirituelle. Je me suis sentie revigorée après l’écoute des cassettes et j’ai su en mon cœur que c’était cela que je voulais faire durant le reste de ma vie.”

Elle écouta les deux cassettes à maintes reprises et cela lui donna un sens de la résolution pour la première fois de sa vie. Elle commença sa pratique spirituelle en répétant le Nom de Dieu selon sa religion de naissance. Elle commença par 5 minutes par jour, mais elle augmenta progressivement la durée.

4. Le long chemin de la guérison

4.1 Elle suit des conférences et rejoint la Compagnie de la Vérité (satsang)

Swati commença à assister aux conférences données gratuitement par SSRF.

“Je me souviens de la première fois que je me suis rendue à une conférence. C’était une période d’examen et j’étais plutôt tendue. Pendant la conférence, pourtant, j’ai vécu une sensation de calme et je me suis sentie en paix avec moi-même. De retour à la maison, je n’avais plus de signe d’anxiété par rapport à l’examen.

Le jour suivant je suis allée à mon examen, et en dépit du fait que je n’avais pas beaucoup travaillé pour le réussir, j’ai pu écrire avec plus de facilité et j’ai obtenu une bonne note à cette épreuve. J’étais donc enchantée et j’ai commencé à me rendre régulièrement aux réunions spirituelles hebdomadaires. Pendant cette période j’ai réalisé que ma répétition avait progressée et qu’elle continuait même pendant que je parlais à d’autres personnes.”

Le fait qu’elle puisse atteindre un tel niveau dans sa répétition en un temps si court est révélateur d’une pratique spirituelle effectuée lors d’une vie antérieure. Un aspect de la maturité spirituelle est que l’on part du stade où nous étions dans notre vie précédente. Ce n’est pas comme pour les autres habiletés terrestres que nous devons apprendre à partir de zéro pendant notre existence en cours.

“Lors de la dixième promotion, il y avait même davantage de progrès dans mes études. J’en attribue le mérite aux rencontres spirituelles hebdomadaires, qui me pourvoyaient en énergie spirituelle et aussi me rendaient plus calme. Elles me donnaient également des perspectives spirituelles variées qui me donnaient une vision plus claire du sens de ma vie. Je parvenais à étudier et arriver aux examens sans peur ni tension.”

Mais alors une chose étrange commença à se produire. Quand elle accorda plus de temps aux études et moins de temps à la pratique spirituelle, Elle réussissait relativement moins bien ses examens. Lorsqu’elle vouait plus de temps à sa pratique spirituelle, elle obtenait généralement de meilleurs résultats à ses examens.

4.2 Elle découvre la cause première de toutes ses difficultés

En 2002, pendant année de terminale, Swati assista à une retraite spirituelle pour les aspirants de Dieu accueillis par SSRF. Au milieu de la répétition du nom par les aspirants, elle commença à manifester soudainement comme possédée. Swati raconte que ce fut seulement plus tard qu’elle a compris que c’était parce que l’énergie négative à l’intérieur d’elle ne pouvait pas tolérer la pureté spirituelle de l’environnement dans lequel elle se trouvait. C’est parce que l’énergie négative qui la possédait étant principalement Tama, il ne pouvait pas tolérer l’environnement hautement sattvik de l’ashram. Cet effet est comparable à de la glace qui fond au contact du feu. Nous avons expliqué ceci de façon plus détaillée dans notre section sur les fantômes, énergies négatives. Se référer à l’article Que se cache sous une manifestation de possession.

“Les aspirants qui ont un sixième sens  développé m’ont dit que j’étais possédée par un sorcier subtil. Ce sorcier subtil était l’unique responsable de toutes les difficultés et les comportements inexpliqués de mon enfance. H.H. Dr. Athavale me confirma également cela. J’ai été très étonnée quand les ainés m’ont expliqué que la manifestation du fantôme était en fait un signe de l’affaiblissement de son énergie spirituelle. Par conséquent, il était contraint d’abandonner son action de me posséder et ainsi de faire surface. Mais après cet incident, les manifestations du sorcier-subtil en moi sont devenues fréquentes. Cependant, pour la première fois de ma vie, je savais contre quoi je combattais afin de vaincre mes défauts de la personnalité.”

Un fantôme peut se manifester et quitter une personne parce la personne reçoit un traitement spirituel. Cependant cela peut n’être que temporaire, quand le traitement spirituel cesse, le fantôme peut revenir dans la personne. La seule manière sure de maintenir les énergie négatives à distance est de faire une pratique spirituelle et d’augmenter notre propre niveau spirituel  et notre énergie. Cela nous donne en retour la capacité d’accéder à des niveaux de protection de Dieu plus élevés. Se référer à l’article A quel point le niveau spirituel fournit-il une gaine protectrice contre les énergies négatives?

4.3 Le combat spirituel de Swati contre cette énergie négative

Pendant une retraite spirituelle, les aspirants de SSRF qui avaient une aptitude de sixième sens élevée ont traité Swati spirituellement. En renfort de ces traitements, Swati faisait de son mieux pour répéter le nom de Dieu le plus possible. Pendant quelques mois après la retraite les manifestations ont arrêter complètement. Puis sans prévenir, en plein milieu d’un de ses examens du bac, Swati à manifester violemment. C’était si terrible qu’elle a dû être ligotée pour sa propre sécurité. La manifestation a été mise sous contrôle après que des aspirants du département de guérison spirituelle de SSRF aient fait des traitements spirituels spécifiques sur elle.

“ On m’a alors recommandé de répéter 100 malas par jour (100 x 108 perles de chapelet) chaque jour pour me protéger. Comme j’étais en période d’examen, je passais deux heures par jour à étudier et écrire. Le reste du temps je répétais les Noms continuellement.”

Pendant ses vacances elle fut envoyée à l’ermitage de SSRF de Dhamse (Ashram) qui était le centre spécialisé dans les traitements perfectionnés de guérison spirituelle. Elle réalisa alors que le sorcier-subtil se servait de son défaut primaire de peur pour obtenir un centre de défense inébranlable contre elle. C’était également une peur extrême qui provoquait ses manifestations.

En plus de sa pratique spirituelle quotidienne, on lui a recommandé une série de remèdes de guérison spirituelle et de techniques telles que répéter un Noms de Dieu spécifiques, utiliser des bâtons d’encens de Jasmin, souffler des cendres Sacrées, l’aspersion d’eau bénite, le remède de l’eau salée, des traitements de guérison spirituelle préparés par des aspirants évolués etc.

[Veuillez-vous référer au mécanisme de l’action de chaque remède dans notre section Guérison spirituelle.

“Après trois mois de ces traitements à Dhamse, les manifestations ont diminué. Une chose étrange qui s’est produite à cette époque est que toutes mes connaissances en anglais ont été effacées de mon esprit. Je ne pouvais même pas reconnaître l’alphabet et je me sentais perturbée même en voyant un texte imprimé en anglais. Malgré ça, ma dépression a diminué de 15-20% et ma confiance a augmenté, mais il n’y avait pas de grands changements dans mes défauts de personnalité basiques qui était la timidité et la peur d’être seule. Une autre conséquence de ce traitement complet a été ma faculté de sixième sens (ESP) qui s’est développée dans une certaine mesure.”

4.4 L’énergie négative élève l’ego de Swati pour créer une faiblesse

Juste après les 3 mois de séances de traitement spirituel, Swati a eu l’opportunité de travailler dans la partie spécialisée dans la perception-subtile de SSRF. Ce département est voué aux aspirants ayant un sixième sens élevé, qui ont les moyens d’aider le processus de guérison spirituelle des autres aspirants. Pour faciliter l’amélioration de ses progrès, Swati a été envoyée à un séminaire spécial animé par SSRF. C’était un séminaire de cinq jours à Dhamse dans lequel les aspirants apprenaient à éveiller et augmenter leur émotion spirituelle pour Dieu.

“Ce fut une unique expérience de ma vie – de découvrir comment prier de façon à ce que toute activité quelconque s’anime d’une expérience palpable de la présence divine de Dieu.”

A ce moment, d’autres aspirants du département de la perception-subtile diagnostiquèrent que le sorcier-subtil avait travaillé sur l’amplification de l’ego de Swati. En augmentant son ego à propos de ses progrès rapides dans le département des perceptions subtiles, l’énergie négative a créé un point d’entrée pour poursuivre son attaque sur elle.

“Il était impératif que je fasse des efforts pour réduire mon ego. En accompagnement des remèdes spirituels et de la pratique spirituelle, j’ai concentré mes efforts continuellement sur l’éradication de l’ego sur une période de huit mois. C’était il y a trois, quand j’avais 18 ans. Cela a réduit toutes mes difficultés par 25%.”

4.5 L’énergie négative s’attaque physiquement à Swati

Grâce à l’approche de traitements spirituels de trois façon, aux efforts pour accroître l’émotion spirituelle et réduire l’ego, les défauts de personnalité de Swati de peur et de timidité commencèrent à réduire.

“Durant cette période, je résidais dans l’ashram de Ponda, à Goa, en Inde. Ce fut là-bas, en 2003 que H.H. Dr. Athavale remarqua un jour que j’éprouvais de la Béatitude et aussitôt je réalisai que c’était vrai.”

En août 2005, L’énergie négative commença à faire tomber Swati en état d’inconscience. Le fantôme venait également la molester sexuellement pendant la nuit. Cela se produisait même si elle dormait en compagnie d’autres aspirants. Les effets apparaissaient visiblement sur le corps sous la forme de lèvres gonflées, etc. Après être redevenue consciente, elle plongeait dans une sévère dépression. Cette détresse a été réduite seulement après que H.H. Dr. Athavale ait appliqué des remèdes de guérison spirituelle, mais elle est revenue quatre mois plus tard. Alors H.H. Dr. Athavale appela Swati de venir à l’ashram de SSRF à Goa en Inde, et il fit de vastes traitements de guérison spirituelle. Cela lui apporta finalement la guérison.

5. Une amélioration continuelle

Au cours des deux dernières années, Swati a observé un virage à quasiment 180 degré dans sa personnalité. Elle a perdu sa timidité et sa crainte d’être seule. Alors que le sorcier-subtil n’a pas été complètement exorcisé, la détresse qu’elle avait l’habitude de ressentir est bien sous contrôle.

“Je comprends qu’il me faut poursuivre rigoureusement à la fois ma pratique spirituelle quotidienne et les remèdes spirituels afin d’empêcher le sorcier-subtil de gagner une emprise sur moi. Au fil du temps, ces précautions éradiqueront également complètement le problème de cette énergie négative.”

Les sorciers-subtils sont des fantômes très puissants qui peuvent résister à l’exorcisme en raison de l’immense quantité d’énergie spirituelle qu’ils possèdent. Ils effectuent une pratique spirituelle constante pour reconstituer leur réserve d’énergie spirituelle. C’est seulement après un martèlement continuel avec un traitement spirituel que l’énergie du sorcier-subtil va sur le déclin et qu’il peut finalement être exorcisé. Une pratique spirituelle régulière conforme aux six principes de base d’une pratique spirituelle  est la seule façon durable de s’isoler des énergies négatives et des fantômes.

“L’ancienne Swati timide et craintive a disparu. Je suis beaucoup plus ouverte et confiante maintenant. Je m’occupe de toutes les activités relatives à la propagation de la Spiritualité dans trois régions en Inde. Je fais cela gratuitement en tant que pratique spirituelle pour la réalisation de Dieu. Mes responsabilités m’amènent à être quotidiennement en contact avec un grand nombre de personnes des deux sexes. Souvent je m’adresser devant de grandes assemblées. J’aide aussi des aspirants qui sont deux ou trois fois plus âgées que moi dans leur pratique spirituelle.

Souvent, je dois prendre des décisions sur place, qui concernent beaucoup de monde. Par la grâce de Dieu, je trouve que je peux gérer tout cela très facilement. ”

Swati attribue sa guérison à la résolution  et à l’intervention directe de H.H. Dr. Athavale. Elle dit que c’est grâce à Sa guidance de la pratique spirituelle avec les remèdes de guérison spirituelle, qu’elle est devenue la personne qu’elle est aujourd’hui.

“Ce fut un long processus de 4 à 5 ans, mais cela m’a donné un soulagement complet de tous les symptômes pénibles. Il me reste à me débarrasser du sorcier subtil qui m’affecte, mais je suis convaincue que cela va arriver avec le temps “.