Test- Expérience subtiles – les roses

Etape 1
Concentrez votre esprit
Etape 2
Observer A
Etape 3
Observer B
Etape 4
Comparer A & B
Etape 5
Insérez le résultat
Etape 6
Verifies le résultat

6.1 Comment votre résultat se compare avec les autres qui ont fait cette expérience de sixième sens ?

1. Observation indépendante

  Figure A Figure B
Agréable
304
208
Désagréable
126
163
Neutre
133
192
Totale
563
563

2. Comparez

En regardant laquelle des figures vous êtes-vous senti mieux ?
Figure A
336
Figure B
227
Totale 563

6.2 Réponse

Figure A - Uncovered (fresh rose) Figure B- Uncovered (dried rose)

On sent des vibrations positives venant de l’image montrant la rose fraîche et des vibrations négatives venant la rose sèche.

6.3 La Science Spirituelle de cette expérience

Selon les sciences modernes, les plus petites particules comprennent les électrons, les protons, les neutrons, les mésons, les gluons ainsi que des quarks. Cependant, d’après la science spirituelle, toute la création est constituée de particules et de composants bien plus fins. Ces composants sont subtils de nature et ne peuvent être vus par des instruments tel que les microscopes. Ils ne peuvent être perçus que par nos organes sensoriels ou notre sixième sens (PES-Perception Extra Sensorielle).

Ces particules très subtiles sont connues comme les trois composants subtils de base (trigunas) qui sont comme suit:

1. Sattva: La pureté et la connaissance

2. Raja: L’action et la passion

3. Tama: L’ignorance et l’inertie

Chacun d'entre nous est constitué de ces éléments subtils de base (gunas). Cependant la proportion de chacun de ces composants varie selon les personnes et les objets. Les composants fondamentaux subtils (gunas), influencent le comportement de tous les êtres vivants et non-vivants.

Les fleurs fraîches ont cette capacité d’attirer et de transmettre des fréquences sattva. Par conséquent, on se sent bien lorsqu’on regarde l’image de la fleur fraîche. Quand ces fleurs sont affectées par les éléments de raja-tama, elles sont physiquement abimées et se dessèchent. En d’autres mots, des fleurs sèches et abimées sont de prédominance raja-tama. Puisque les fréquences raja-tama provoquent des vibrations plus négatives, on ressent des vibrations déplaisantes émanant d’une rose sèche.

Pour une explication plus approfondie sur les trois composants fondamentaux subtils, veuillez consulter l’article : Sattva, Raja et Tama - Les 3 composants de base subtils de la création.

6.4 Application pratique

En priant Dieu, il est préférable d’utiliser des fleurs, des fruits et des feuilles fraîches etc. Leur fraicheur aide à absorber et à transmettre les fréquences divines subtiles (intangibles) du Principe Divin auquel ils sont offerts. De plus, les substances ne doivent pas être infestées de ver, pourries ou abimées en aucune façon.

Explication sur le fonctionnement des fleurs fraîches, des feuilles et des fruits durant une vénération ritualiste.

L’oxygène présente dans les fleurs, feuilles et fruits frais aide à absorber les fréquences sattva ainsi que les fréquences divines subtiles provenant du Principe Divin qui est vénéré. Quand ces substances sont fraîches, elles contiennent plus de 70% d’oxygène. Pour une absorption en douceur des fréquences sattvik et divines subtiles, le niveau d’oxygène dans les fleurs, feuilles ou fruits doit être à 50%. Lorsque les fleurs, feuilles ou fruits sont offerts à un Principe Divin, une Divinité ou à Dieu, le dévot peut bénéficier en grande partie, des fréquences sattva et divines subtiles. Ceci est possible en respirant le parfum des fleurs ou en consommant le fruit comme une nourriture sacrée. Ainsi les feuilles fraiches, les fleurs et les fruits sont des réservoirs en composants sattva et en fréquences subtiles du Principe Divin. Cependant, les fleurs desséchées et abimées sont composées principalement de fréquences raja et tama. A ce stade, l’oxygène et l’énergie vitale qu’elles contiennent, sont en dessous de 50%. Par conséquent, leur capacité à absorber les fréquences sattva et les fréquences subtiles du principe représenté par la forme divine, se voit réduit. Ainsi lorsque de telles substances sont utilisées comme offrandes à Dieu, lors d’une prière, cela ne profite pas à la personne.