1. Introduction – Les chants de Noël et le progrès spirituel

Pendant la période de Noël, il est difficile de ne pas ressentir le sentiment chaleureux et agréable qu’apporte la saison festive, et les chants de Noël contribuent grandement à cette ambiance de fête. Dans de nombreux foyers à travers le monde, les chants de Noël emplissent l’air pendant que les familles dressent leurs sapins de Noël et accomplissent d’autres tâches en prévision de la fête de Noël. C’est le moment où les chanteurs vont d’une rue à l’autre dans tous les quartiers, les animant avec leur musique. Les chœurs et les congrégations des églises chantent des chants de Noël en l’honneur de la naissance de Jésus-Christ. Dès le mois de décembre, les centres et les galeries commerciaux veillent à ce que l’esprit festif soit bien vivant. Ils diffusent aussi des chants de Noël dans leurs locaux dans l’espoir de persuader subtilement les clients à dépenser plus pendant la saison festive.

De toute évidence, les chants de Noël sont synonymes de la période de Noël et la saison semblerait beaucoup moins festive sans eux. Quand les gens pensent à la musique, ils pensent rarement à sa valeur spirituelle ou à sa connotation spirituelle, sauf s’il s’agit des hymnes ou des chants de Noël. Toutefois, les chants de Noël, contribuent-ils au caractère dévotionnel d’un des festivités les plus célébrées autour du monde qui commémore et honore la naissance du Christ ? Quelle valeur spirituelle apportent-ils aux milliards de personnes qui les écoutent au mois de décembre ?

Pour commencer, avant de répondre à cette question, nous voudrions prendre quelques moments pour introduire les organisations impliquées dans la recherche.

2. Le contexte de la recherche spirituelle sur la musique

Le Maharshi Adhyatma Vishwavidyalay (également appelé l’Université de la Spiritualité Maharshi ou MAV) et la Fondation de Recherche de la Science Spirituelle sont deux organismes à but non-lucratif administrés par des bénévoles du monde entier qui ont comme objectif commun le progrès spirituel et la recherche de la vérité. Un des objectifs clés des deux organismes consiste à analyser et évaluer comment nos décisions et nos tâches quotidiennes nous affectent au niveau spirituel. À cette fin, leurs équipes de recherche mènent conjointement des expériences et des projets de recherche divers au Centre de Recherche Spirituelle et l’Ashram à Goa, en Inde. L’équipe de recherche spirituelle à l’Université de la Spiritualité Maharshi compte 37 ans d’expérience en recherche spirituelle.

Cette recherche englobe la compréhension de l’effet subtil de la musique et la danse, et cétait un des aspects clés de notre recherche. Nous avons un département de musique qui mène des expériences diverses chaque jour, pour comprendre et différencier les effets subtils de la musique, le son de divers instruments de musique et leurs impacts sur l’environnement. La recherche a été effectuée en utilisant des scanners d’aura et d’énergie subtile, ainsi que le sixième sens des aspirants spirituels de l’équipe de recherche spirituelle, pour analyser et évaluer la musique du point de vue spirituel. L’objectif est de comprendre comment les compositions musicales peuvent être créées de manière à ce qu’elles émettent des vibrations spirituellement positives, indépendamment de leur culture ou diversité.

L’essence même de la musique (qui émet des vibrations spirituelles plus pures) devrait être les chants dévotionnels, notamment les hymnes, les chants de Noël, les bhajans, les shlokas, etc. Toutefois, ceci n’est pas toujours vrai, puisqu’il existe plusieurs facteurs qui influencent la pureté spirituelle d’une composition musicale. Pour comprendre davantage ces facteurs, nous avons mené de nombreuses expériences sur la musique. En ce qui concerne la musique de dévotion, en particulier les chants de Noël, deux expériences vous sont présentées ci-dessous.

3. Expérience 1 – L’effet subtil de chants de Noël interprétés en live

Le contexte

  • Fin 2018, une aspirante spirituelle qui chantait professionnellement auparavant est venue au Centre de Recherche Spirituelle et l’Ashram à Goa, en Inde pour un atelier spirituel de cinq jours. Elle nous a mentionné qu’elle était une chanteuse formée, et nous lui avons demandé si elle voulait participer à quelques expériences portant sur la musique. L’équipe de recherche est particulièrement intéressée par l’effet d’une personne chantant/jouant en live. Il est facile de jouer de la musique enregistrée et d’étudier son effet sur l’auditeur, mais ici, nous avons eu la chance d’étudier l’effet de différents genres de musique interprétés en live sur l’artiste et sur l’auditeur. 

  • SSRF et MAV ont étudié conjointement les effets subtils de 6 genres de musique interprétés par elle et l’effet qu’ils ont eu sur le public au niveau spirituel. Les genres étaient le jazz, le pop, le pop lyrique, les chants de Noël et le reggae.

  • Dans le présent article, nous discutons de l’expérience où elle a interprété des chants de Noël dévotionnels pour un public comprenant des aspirants spirituels résidant au Centre de Recherche Spirituel et l’Ashram.

  • À travers le sixième sens, nous avons déterminé que l’aspirante spirituelle qui interprétait (même si elle avait une voix magnifique) souffrait de détresse spirituelle. Dans cette expérience, nous voulions voir les diverses dynamiques en jeu avec une telle artiste, avec ce genre de musique et ce public.

Méthodologie

  • Elle a interprété 3 chants de Noël – ‘Silent Night’ (‘Sainte nuit’), ‘Come all Ye Faithful’ (‘ O Peuple fidèle’) et ‘Away in a Manger’ (‘Dans une petite mangeoire’). Elle chantait de façon continue pour une durée totale de 30 minutes. Nous avons délibérément choisi qu’elle chante que des chants de Noël dévotionnels, plutôt que des chants non-dévotionnels comme ‘Jingle Bells’ (‘Vive le vent’). La raison en est que nous avons présumé que la version dévotionnelle des chants de Noël émettrait des vibrations spirituellement plus pures.

  • Nous lui avons demandé de chanter devant deux publics différents, c.-à-d. devant des aspirants spirituels qui (comme l’artiste) souffraient de détresse spirituelle et devant ceux qui n’en souffraient pas, c-.à-d., qui étaient spirituellement positifs. Reportez-vous à l’article intitulé : “Être affecté ou possédé par des énergies négatives

  • Pour analyser l’effet sur l’artiste et sur le public, l’équipe de recherche spirituelle a utilisé leur sixième sens avancé, ainsi qu’un scanner d’aura et d’énergie, aussi connu comme le Scanner Thermique Universel (UTS).

Le Scanner Thermique Universel (aussi connu sous le nom de Scanner d’Aura Universel) a été utilisé pour prendre des lectures de la chanteuse et de certains membres du public. Le scanner UTS est un instrument développé par le Dr. Mannem Murthy (un ancien scientifique de l’énergie nucléaire). Il est utilisé pour mesurer l’énergie subtile (positive ou négative) et l’aura autour de tout objet (vivant ou non-vivant). Les lectures du scanner UTS ont fourni des données sur l’aura négative, l’aura positive et l’aura mesurée autour de la chanteuse et des membres du public. Reportez-vous à l’article intitulé – La Méthodologie des lectures du scanner UTS pour en apprendre davantage sur la façon dont les lectures du scanner UTS sont prises et ce qu’elles signifient. (À Venir)

Résultats clés

Lectures du scanner UTS : Par rapport à tous les 6 genres de musique, l’aura de l’artiste est devenue plus positive après une performance devant les aspirants qui était positifs, alors que les auras des aspirants qui étaient plus positifs sont devenues plus négatives après l’avoir écouté.

Par contre, quand l’artiste chantait devant les aspirants qui souffraient de détresse spirituelle, les auras négatifs de l’artiste et de l’audience ont augmenté pendant l’interprétation de cinq de ces genres musicaux. La seule exception était les chants de Noël, où l’aura de l’artiste est devenue plus positive, alors que les auras des aspirants souffrant de détresse qui l’écoutaient sont devenues plus négatives. Veuillez référer au schéma ci-dessous pour un résumé des résultats de l’effet subtil sur l’artiste et sur le public.

Lectures à travers le sixième sens : Étant donné que des aspirants spirituels dans les deux publics avaient la capacité de percevoir le subtil, , ils ont perçu des vibrations négatives émanant de la performance à travers leur sixième sens. Ces lectures à travers le sixième sens ont corroboré avec les lectures du scanner UTS. Un des aspirants de l’équipe de recherche spirituelle a perçu que la composition musicale et l’énergie négative de l’artiste dégageaient en fait une énergie noire négative à travers sa performance, affectant l’audience de manière négative.

L’analyse subtile et d’autres recherches

Il est intéressant de noter que (contrairement aux autres genres), l’aura négative de la chanteuse a, en fait, diminué, non seulement après la performance devant les aspirants positifs, mais aussi devant les aspirants qui souffraient de détresse spirituelle. Il a été constaté par le sixième sens avancé , que ceci s’explique par le fait que lémotion spirituelle (bhāv) de la chanteuse  s’est éveillée en chantant, grâce à sa perception de la présence de Dieu à travers le sens des paroles, et ceci a eu un effet positif sur son aura. Ainsi, le fait d’avoir de l’émotion spirituelle a aidé la chanteuse spirituellement, et aussi sur le plan personnel.

D’autre part, la composition musicale émettait des vibrations négatives, et ceci a eu un effet nuisible sur l’audience. En même temps, l’énergie négative de détresse chez la chanteuse jouait un rôle dans l’émission des vibrations négatives. Cependant, grâce à l’éveil de l’émotion spirituelle de la chanteuse, l’énergie négative de la chanteuse ne pouvait pas être aussi active.

Principale conclusion : Ceci montre l’importance de l’émotion spirituelle, dans la protection de tout chanteur, même si la composition musicale dévotionnelle peut émettre des vibrations négatives.

Ces constats étaient assez choquants, surtout par rapport à la possibilité que les chants de Noël pouvaient affecter une audience sur le plan spirituel, et ceci a suscité des questions, qui sont énumérées ci-dessous.

  1. Normalement, on pourrait penser que la musique dévotionnelle aurait un effet positif sur le public. En ce qui concerne les vibrations négatives perçues lors de l’interprétation de la chanteuse, s’agit-il d’un cas isolé ou de quelque chose qui pourrait se répéter souvent lorsque l’on entend la musique dévotionnelle ?

  2. Les interprètes de chants de Noël, souffrent-ils aussi de détresse spirituelle, et si oui, dans quelle proportion sont-ils affectés, et cela affecte-t-il le grand public ?

  3. Y-a-t-il une différence entre les chants de Noël dévotionnels et les chants de Noël non-dévotionnels en termes de vibrations subtiles ?

  4. Combien de fois, dans d’autres contextes, les interprètes de chants de Noël ressentent-ils de l’émotion spirituelle en chantant, ce qui réduirait éventuellement tout impact négatif potentiel ?

C’est avec ces questions à l’esprit que l’équipe de recherche spirituelle a mené une autre expérience par rapport à l’effet subtil des chants de Noël.

4. Expérience 2 – L’effet subtil de regarder des vidéos de chants de Noël

Le contexte

L’objectif de cette expérience était de comprendre l’effet subtil que les chorales dans les églises et dautres artistes chantant des chants de Noël avaient sur des publics qui :

  1. Ne souffraient pas de détresse spirituelle

  2. Souffraient de détresse spirituelle

La raison pour laquelle nous avons choisi deux types de public est qu’il a été observé que lorsque les gens souffrent de détresse spirituelle, cela peut influencer de manière significative à la fois l’interprète et le public. La recherche spirituelle a montré que jusqu’à 80% de la population mondiale souffre de détresse spirituelle.

Méthodologie

  • Les effets de deux catégories de chants de Noël, dévotionnels et non-dévotionnels, ont été étudiés sur deux publics différents, c.-à-d. l’un souffrant et l’autre ne souffrant pas de détresse spirituelle.

  • Chaque type de catégorie de chants de Noël a été joué pendant 30 minutes.

  • D’habitude, les gens regardent les chants de Noël interprétés en direct ou les voient chantés à l’église, donc SSRF et MAV voulaient étudier les effets de chants de Noël chantés dans de telles situations par des interprètes différents. Pour simuler des scénarios réalistes d’écoute de chants de Noël, les publics étaient exposés à des vidéos de chants de Noël. Les chants de Noël dévotionnels étaient principalement interprétés par des chorales d’église et avaient un côté opératique.. Quelques vidéos étaient des simples enregistrements audios avec des images statiques.

Playlist de chants de Noël dévotionnels Playlist de chants de Noël non-dévotionnels
1. Écoutez le chant des anges 1. Nous vous souhaitons un joyeux Noël
2. Cantique de Noël 2. Vive le vent
3. Dans une petite mangeoire 3. Père Noël arrive ce soir
4. Joie dans le monde 4. Joyeux Noël
5. Sainte nuit 5. Des merveilles d’hiver
6. Minuit, chrétiens 6. Frosty le bonhomme de neige
7. 12 jours de Noël
8. Falalalala
9. C’est Noël rock
10. L’Enfant au tambour (Paix sur la terre)
  • Quatre expériences ont été effectuées et elles sont illustrées dans l’ordinogramme ci-dessous :

  • Comme avec l’expérience ci-dessus, le scanner UTS a été utilisé pour prendre des lectures de l’aura de quelques aspirants avant et après le visionnement des vidéos de chants de Noël.

  • Au même moment, nous avons demandé aux aspirants de décrire ce qu’ils ressentaient sur le plan subtil à travers leur sixième sens. Ils nous ont fait part de leurs commentaires dans un sondage où ils ont coté leurs expériences sur des échelles de positivité et de négativité de +/-10.

  • Il y a eu une pause d’une heure et demie entre les parties dévotionnelles et non-dévotionnelles de l’expérience pour permettre au public de revenir à son niveau de base.

4.1 Les lectures prises avec le scanner UTS

  1. Dans l’ensemble, les chants de Noël dévotionnels et non-dévotionnels ont eu un effet négatif sur les auras de tous les aspirants qui ont été mesurés avec le scanner UTS.

  2. L’effet sur les aspirants spirituels positifs :

    1. Les lectures des aspirants positifs se sont révélées être plus cohérentes par rapport à comment ils ont été affectés de façon négative par les chants de Noël.

    2. La lecture d’aura négative IR (qui indique une enveloppe d’énergie noire négative) a augmenté davantage avec les chants de Noël non-dévotionnels (78%) qu’avec les chants dévotionnels (58%).

    3. Cependant, les chants de Noël dévotionnels ont eu un un impact négatif beaucoup plus important sur leurs auras positives que les chants non-dévotionnels. Les chants de Noël dévotionnels ont réduit les auras positives de ces aspirants de 49% en moyenne, alors que les chants de Noël non-dévotionnels ont réduit leurs auras positives de 37%. Les chants de Noël dévotionnels ont diminué leurs auras positives dans une mesure plus importante.

    4. Un constat particulièrement important était que même le Saint présent dans le public des aspirants positifs a développé une aura négative IR après avoir visionné les deux catégories de chants de Noël pendant 30 minutes chacune.

    5. Il est intéressant de noter que l’interprétation en live de la chanteuse de la première expérience n’a pas diminué l’aura positive des aspirants positifs autant que la vidéo représentant des chorales d’église et des professionnels chantant des chants de Noël. Cela s’explique par l’émotion spirituelle éveillée chez la chanteuse, qui était une aspirante et pratiquait la spiritualité.

  3. L’Effet sur les aspirants spirituels souffrant de détresse spirituelle

  • Les lectures des aspirants souffrant de détresse spirituelle se sont révélées être moins cohérentes par rapport à comment ils ont été affectés de façon négative par les chants de Noël. Certains ont été affectés de façon plus négative par les chants de Noël dévotionnels, tandis que d’autres ont été affectés plus par les chants non-dévotionnels.
  • Les aspirants souffrant de détresse spirituelle ont été plus fortement affectés par les chants de Noël que les aspirants positifs. En plus, leurs auras négatives dans l’UV (qui indiquent la détresse spirituelle grave) ont augmenté de façon significative après le visionnement des vidéos dévotionnels et non-dévotionnels.
  • Globalement, les chants de Noël non-dévotionnels semblaient avoir affecté les auras du public dans une mesure plus importante par rapport aux chants de Noël dévotionnels. En moyenne, l’augmentation de l’aura négative IR était de 31% de plus dans le cas des chants de Noël dévotionnels et de 43% de plus dans le cas des chants de Noël non-dévotionnels. Ceci signifiait l’impact plus important des chants de Noël non-dévotionnels sur les aspirants souffrant de détresse spirituelle.
  • Les aspirants souffrant de détresse spirituelle qui ont chanté en même temps que les chants de Noël ont subi un impact plus négatif.
  • Puisque les aspirants souffrant de détresse spirituelle n’avaient pas d’auras positives à l’origine, l’effet sur leurs auras positives n’a pas pu être déterminé.

4.2 Commentaires des aspirants après avoir visionné les vidéos de chants de Noël.

En visionnant les chants de Noël interprétés par les chorales d’église et des chanteurs professionnels,

  • 100% des 16 aspirants positifs participant à l’expérience ont ressenti des vibrations négatives.

  • 100% des 5 aspirants de l’équipe de recherche spirituelle ont ressenti des vibrations négatives.

  • 86% des 38 aspirants qui souffraient de détresse spirituelle ont ressenti des vibrations négatives.

  • Il a été constaté à travers le sixième sens que dans le cas des aspirants souffrant de détresse spirituelle qui se sentaient positifs en visionnant les chants de Noël, c’était en fait la réponse des énergies négatives dans ces aspirants qui leur donnait l’illusion de positivité.

  • Les aspirants qui connaissaient ces chansons parce qu’ils étaient catholiques ou chrétiens orthodoxes, avaient plus tendance à leur donner un score moins négatif que d’autres qui ne les connaissaient pas.

  • Il est intéressant de souligner que les aspirants qui n’ont pas donné aux chants de Noël un score aussi négatif en raison de leur affinité culturelle avec les chansons, avaient des lectures du scanner UTS aussi négatives que celles des autres aspirants. Cela montre que la perception psychologique de la musique n’est pas nécessairement liée à son impact spirituel réel.

De surcroît, voici quelques-uns des commentaires faits par les aspirants dans le public pendant le visionnement des vidéos de chants de Noël.

  1. Je me suis senti ennuyé.

  2. J’ai senti que les performances étaient spirituellement fausses et n’avaient rien à faire avec le dévouement pour Jésus.

  3. Je ressentais l’égo des interprètes quand ils se déplaçaient autour de la scène. Certains des musiciens interagissaient avec leurs instruments et le public de façon égocentrique.

  4. Les chants de Noël non-dévotionnels semblaient être que du divertissement sans aucun lien avec la véritable signification du Noël.

  5. Les chansons se répétaient indéfiniment dans ma tête, détournant mes pensées de la pratique spirituelle.

  6. J’ai ressenti que certains des interprètes souffraient de détresse spirituelle.

  7. J’ai senti que la performance était plus sur le plan psychologique que sur le plan spirituel.

  8. Je percevais des vibrations négatives de la performance musicale.

  9. L’énergie négative en moi aimait la musique et en tirait de l’énergie négative. (Ceci a été dit par des aspirants qui souffraient de détresse spirituelle)

  10. Les yeux des aspirants ayant participé à l’expérience qui souffrait de détresse des énergies négatives ont changé à mesure que les énergies négatives commençaient à se manifester en écoutant la musique.

Dans les deux expériences susmentionnées, nous avons constaté que les chants de Noël ont eu un impact négatif sur le public. Mais pourquoi ? Après avoir mené une recherche spirituelle sur la raison pour laquelle les lectures étaient aussi négatives bien que la musique soit dévotionnelle, nous avons reçu la Connaissance Divine suivante :

5. Les premiers résultats de la recherche spirituelle sur la musique, relatifs à la musique dévotionnelle

Le son (naad) et la musique sont issues du Principe Absolu de l’Éther (Akashtattva), qui est le plus puissant et le plus subtil des cinq principes cosmiques. Par conséquent, ils ont la capacité de créer des vibrations subtiles qui peuvent avoir un impact significatif sur le musicien, le public, l’instrument de musique et l’environnement. SSRF et MAV sont en train de réaliser des recherches spirituelles approfondies sur la musique. Certains des conclusions préliminaires qui concernent également la musique dévotionnelle sont présentées ci-dessous :

1. Niveau spirituel : Le niveau spirituel du musicien ou du chanteur joue un rôle important dans la nature des vibrations spirituelles émises par la performance. Si l’interprète a un ego démesuré ou un faible niveau de spiritualité, la performance émettra alors des vibrations négatives. Alternativement, si l’interprète a un niveau spirituel élevé, sa performance émettra des vibrations spirituelles positives. Le niveau spirituel d’une personne peut seulement être augmenté en entreprenant la pratique spirituelle conforme aux principes universels fondamentaux de spiritualité

Dans les vidéos de chants de Noël qui ont été jouées, il a été observé que certains des artistes cherchaient effectivement à être appréciés. Quand quelqu’un chante une chanson dévotionnel avec cette intention, les vibrations seront invariablement négatives.

L’émotion spirituelle pour Dieu est l’ingrédient clé qui aide à générer des vibrations positives, surtout pendant toute performance de chants dévotionnels. Cependant, il a été observé que les chanteurs dans la vidéo étaient plus intéressés à interpréter et à divertir le public plutôt que d’être dans un état d’émotion spirituelle ou de communion avec Dieu. La capacité de monter dans les aigus et de faire valoir ses compétences de musicien n’équivalent pas aux vibrations spirituelles positives. Dans le cas de la première expérience, nous avons vu de première main comment un interprète, bien qu’elle soit souffrante de détresse spirituelle, bénéficiait positivement grâce à son émotion spirituelle. Cela en dépit du fait que la musique elle-même émettait des vibrations négatives. Ceci démontre l’importance de chanter avec l’émotion spirituelle pour Dieu.

2. L’état spirituel : L’état spirituel des musiciens (c.-à-d. s’ils sont spirituellement positifs ou souffrant de détresse spirituelle) aura un impact sur les vibrations subtiles émises par leur musique. Cela signifie que même si deux musiciens interprètent exactement la même pièce de musique avec exactement le même accompagnement musical de fond, les vibrations subtiles de la performance peuvent différer selon leurs états spirituels. Dans les deux expériences, l’équipe de recherche spirituelle a perçu des vibrations négatives émanant non seulement de la musique, mais aussi de l’énergie négative affligeant les interprètes. Dans la première expérience, la lecture de l’interprète effectuée avec l’instrument UTS a corroboré ces constats.

L’état actuel du monde est que la plupart des gens sont affectés, voire possédés, par des énergies négatives. Dans une chorale, si les gens sont affectés ou possédés par des énergies négatives, alors les effets sont multipliés par rapport aux effets d’une performance en solo.

3. Les paroles : Les paroles des chants de Noël dévotionnels ont des vibrations spirituelles plus positives par rapport à ceux qui sont non-dévotionnels.

4. La composition musicale : Les divers éléments de la musique d’accompagnement, comme le rythme, la mélodie et l’harmonie contribuent de façon générale aux vibrations subtiles émises par une composition musicale. Nos conclusions jusqu’ici sur comment faire une musique spirituellement plus pure sont que la musique classique indienne a plus tendance à émettre des vibrations spirituellement positives, car elle est concentrée sur la mélodie, plutôt que sur l’harmonie. C’est une des raisons pour lesquelles les compositions musicales de l’Occident ont moins de vibrations spirituellement positives, car elles sont plus concentrées sur l’harmonie.

Entre les deux, les paroles ou la composition musicale, la manière dont la musique est composée a une plus grande influence sur les vibrations subtiles émises par la performance. Les paroles ou les mots sont au niveau du Principe Absolu de Feu, tandis que la composition musicale est sur le niveau du Principe Absolu de l’Éther. Le Principe Absolu de l’Éther est plus subtil que le Principe Absolu de Feu, et donc plus puissant. Alors même si les mots ont été écrits de manière spirituellement plus pure, si la musique d’accompagnement n’est pas spirituellement pure, elle émettra surtout de vibrations négatives.

5. Les Instruments musicaux : Parmi les trois types d’instruments, c.-à-d. les instruments à vent, à cordes et à percussion, il a été constaté que le son des instruments à vent faits en bambou, comme la Bansuri indienne (flûte), émettaient les vibrations subtiles les plus positives. Quand l’équipe de recherche spirituelle a écouté certains chants de Noël, c’était comme si la musique d’accompagnement donnait une sensation opératique et dramatique. Ceci a généré des vibrations négatives lors de la performance.

6. L’usage d’accessoires, tenues, etc. : Toute chose a la capacité d’ajouter ou de soustraire à la positivité que les chants dévotionnels sont censés émettre. Ceci recouvre des aspects tels que les tenues des interprètes, leurs coiffures, le plan de scène et les décors, les lieux où le chant est chanté, etc. Par exemple, certains des chanteurs de chants de Noël portaient des bougies. Les flammes des bougies faites de cire de paraffine ou même de cire d’abeille émettent des vibrations négatives. Le fait d’avoir des centaines de ces bougies allumées contamine l’environnement avec leurs vibrations négatives. Un autre exemple est quand les interprètes portent du noir. Le noir est la couleur la plus spirituellement impure. Elle augmente la détresse des énergiese dans les interprètes et attire des vibrations affligeantes vers eux. Si l’on ne prête pas attention à ces détails, ils peuvent finir par compromettre la positivité spirituelle de la performance.

6. Observations finales sur les chants de Noël et la musique dévotionnelle

Nous vivons dans un monde où le matérialisme est omniprésent et où tout est conçu pour faire appel à nos sens. Cette éthique s’est malheureusement infiltrée jusque dans la religion et la spiritualité, qui sont censées être des voies permettant aux gens de transcender le matérialisme et de rechercher le Divin. En conséquence, les pratiques spirituelles telles que le chant de chants dévotionnels comme les chants de Noël relèvent plus souvent du divertissement que du rappel du véritable objectif spirituel du festival. Les artistes eux-mêmes n’entreprennent pas de pratique spirituelle et émettent donc invariablement des vibrations négatives lors de leurs prestations, même si leurs chants enthousiasment le public.

Les constats de l’article ci-dessus peuvent sembler difficile à croire pour certains, mais il s’agit de létat actuel du monde en ce qui concerne la musique dévotionnelle, comme les chants de Noël. La plupart des gens sont incapable de le comprendre parce qu’ils ne possèdent pas dun sixième sens activé qui est nécessaire pour percevoir les vibrations subtiles d’une performance. C’est seulement lorsque notre sixième sens est activé à travers la pratique spirituelle que nous pouvons véritablement comprendre et faire l’expérience de la recherche sur la musique dévotionnelle présentée dans cet article.

Selon la science de la Spiritualité, la musique est censée être utilisée par un fidèle comme un moyen de progresser spirituellement vers Dieu. Cependant, dans le monde d’aujourd’hui, cette notion dévotionnelle et idéale de la musique n’est guère connue, et encore moins observée. Il est seulement possible pour un interprète de progresser spirituellement à travers la musique sous l’orientation d’un guide spirituellement évolué (Guru).  Avec un Guru, l’interprète est capable de comprendre les aspects spirituels de la musique et aussi comment vraiment interpréter avec dévouement, pour que lui-même, ainsi que le public bénéficient spirituellement de sa performance.