L’effet spirituel de célébrer Gudi Padwa par rapport au Nouvel An

1. L’effet spirituel de célébrer le Gudi Padwa au Centre de Recherche Spirituelle et Ashram à Goa, Inde

Il y avait une sensation de paix et de calme dans l’air au Centre de Recherche Spirituelle et Ashram alors que les premières lueurs du jour commençaient à repousser l’obscurité au loin, nous préparant à un nouveau lever de soleil. Le son distinctif du koel (un coucou) pouvait être entendu, se répercutant à travers les champs et les forêts environnants alors que le soleil émergeait de derrière les collines comme tous les jours.

Cependant, ce lever du soleil était spécial.

C’est le début de la nouvelle année lunaire hindoue, communément appelée Gudi Padwa. C’est un festival qui est célébré dans diverses parties de l’Inde et qui est également associé à l’arrivée du printemps. Alors que les premiers rayons du soleil filtraient à travers les arbres et la brume, touchant le Centre de Recherche Spirituelle et Ashram, les célébrations du Gudi Padwa commencèrent.

L’environnement était très festif, avec des aspirants spirituels vêtus de tenues traditionnelles colorées et des guirlandes de fleurs ornant l’entrée. Lors des festivités, les aspirants spirituels assistant à la célébration ont dit qu’ils pouvaient facilement percevoir le niveau élevé de conscience Divine (Chaitanya) et les vibrations de guérison spirituelles qui les entouraient. Le son des mantras en sanskrit remplissait l’air et le parfum des bâtons d’encens allumés flottait tout autour ; il était difficile de ne pas sentir le caractère sacré de la cérémonie. En regardant autour de soi, on pouvait voir certains aspirants dans un état méditatif et d’autres dans un état où leur émotion spirituelle avait commencé à s’éveiller.

1.1. The follow-up New Year’s experiment – background and purpose

L’effet spirituel de célébrer Gudi Padwa par rapport au Nouvel An

Parmi les aspirants spirituels présents à la célébration du Gudi Padwa se trouvait le même groupe d’aspirants spirituels qui avait assisté à la célébration du Nouvelle An du 31 décembre 2018 au 1 janvier 2019. Ils l’avaient fait dans le cadre de l’étude de l’équipe de recherche pour comprendre l’effet subtil des célébrations habituelles du Nouvel An. SSRF avait déjà publié les résultats concernant l’effet spiritel du Nouvel An.

La manière dont le Gudi Padwa est traditionnellement célébré contraste fortement avec la manière dont le Nouvel An est célébré. L’équipe de recherche spirituelle était curieuse de connaître la différence au niveau de leur impact spirituel. Par conséquent, SSRF et la Maharshi Adhyatma Vishwavidyalay (MAV) ont mené une étude de suivi sur l’effet subtil de la célébration traditionnelle du Gudi Padwa et les résultats sont présentés ci-dessous.

2. Informations sur la Maharshi Adhyatma Vishwavidyalay

L’effet spirituel de célébrer Gudi Padwa par rapport au Nouvel AnLa Maharshi Adhyatma Vishwavidyalay (Aussi connue sous le nom de l’Université Maharshi de la Spiritualité ou MAV) est située à Goa, en Inde. La Maharshi Adhyatma Vishwavidyalay et la Fondation de Recherche sur la Science Spirituelle sont des organisations à but non lucratif dirigées par des bénévoles du monde entier qui se consacrent à un but commun, le progrès spirituel et la recherche de la vérité. L’un des objectifs clés des deux organisations est d’apprécier et évaluer comment nos décisions et nos routines quotidiennes nous affectent au niveau spirituel. A cette fin, les équipes de recherche mènent conjointement diverses expériences et projets de recherche au Centre de Recherche Spirituelle et Ashram à Goa, en Inde. En date de l’année 2019, l’équipe de recherche spirituelle à l’Université Maharshi de la Spiritualité a 38 ans d’expérience en recherche spirituelle.

3. L’expérience pour étudier l’effet de la célébration Padwa

3.1 Méthodologie

A. A propos de la sélection des aspirants participant à l’expérience

L’effet spirituel de célébrer Gudi Padwa par rapport au Nouvel An

  • 10 aspirants spirituels du Centre de Recherche Spirituelle et Ashram ont participé à cette expérience. (Ils faisaient partie du même groupe de 12 personnes qui avaient participé à l’expérience du Nouvel An. Deux des aspirants du groupe précédent n’ont pas pu être présents.)

  • Ces 10 aspirants spirituels ont été invités à assister à la cérémonie du Gudi Padwa au lever du soleil du 6 avril 2019.

  • Tous les aspirants spirituels participant pratiquaient la spiritualité sur une base régulière et sont donc d’un niveau spirituel supérieur à la moyenne. Également en raison de leur pratique spirituelle, leur sixième sens est éveillé, et ils peuvent percevoir des vibrations subtiles.

  • Certains des aspirants spirituels dans le groupe souffraient de détresse spirituelle, d’autres non, ce qui signifie qu’ils étaient spirituellement positifs. Référez-vous à l’article sur – Qu’est-ce que la détresse spirituelle?

La raison pour laquelle les deux groupes ont été choisis pour être représentés dans l’échantillon est qu’une grande partie de la population mondiale souffre de détresse spirituelle et qu’il était important de comprendre la différence de l’effet de la célébration du Gudi Padwa sur les deux groupes.

Légende de l’image : Les aspirants se prosternant devant le Gudi ritualisé qui avait été hissé. Un Gudi est un symbole rituel de la Droiture.

B. A propos de l’instrument utilisé pour l’expérience

L’équipe de recherche spirituelle a utilisé le sixième sens avancé de ses aspirants ainsi qu’un scanner d’aura et d’énergie connu sous le nom de Scanner Thermique Universel (UTS) pour analyser l’effet de la célébration du Gudi Padwa. Le Scanner Thermique Universel (UTS) (également connu sous le nom de Scanner Universel d’Auras) a été utilisé pour prendre les lectures des participants avant et après les célébrations.

L’effet spirituel de célébrer Gudi Padwa par rapport au Nouvel An

L’UTS est un instrument développé par le Dr Mannem Murthy (un ancient scientifique du nucléaire) et est utilisé pour mesurer l’énergie subtile (positive et négative) et l’aura autour de tout objet (vivant ou non vivant). Les valeurs UTS donnent des données sur l’aura négative, l’aura positive et l’aura mesurée autour de l’objet à mesurer. Veuillez vous référer à l’article sur la méthodologie des lectures d’UTS (à venir) pour en savoir plus sur la façon dont les lectures d’UTS sont prises et ce qu’elles signifient.

C. A propos des lectures et de la séquence des événements

Heure Que s’est-il passé
5:15 à 6:30 Lecture de base : les lectures de l’UTS ainsi que des photographies des aspirants ont été prises avant le début de la célébration du rituel.
6:30 à 7:30 La célébration du Gudi Padwa : les aspirants ont assisté à célébration du rituel. On a demandé aux aspirants de s’abstenir de répéter le Nom de Dieu pendant la cérémonie et de ne faire que des prières pour imbiber la conscience divine (Chaitanya) de la célébration. La raison pour laquelle on leur a demandé de ne pas répéter le Nom est que répéter le Nom de Dieu a un effet très positif en soi.
7:40 à 8:55 Lectures après les célébrations : les lectures avec l’UTS & des photos des aspirants ont été prises après la célébration du Gudi Padwa.

3.2 Les lectures UTS

Il y a 4 types de lectures UTS lesquelles sont décrites dans le tableau ci-dessous :

Type de lecture UTS

Description

IR et UV Les lectures d’énergie négative sont de 2 types et sont indiquées par IR (infrarouge) et UV (ultra-violet). IR indique une forme moindre de vibrations négatives, tandis que l’UV indique une forme plus intense de vibrations négatives.
PA Cela indique une aura positive.
MA Cela indique l’aura total mesurée qui est spécifique au sujet concerné.

L’équipe de recherche a largement utilisé cet instrument, c’est-à-dire qu’elle a effectué environ 10 000 lectures d’objets sur une période de 5 ans, et il a été observé que l’UTS est assez précis et corrobore les lectures obtenues grâce au sixième sens.

Toutes les lectures UTS des participants sont devenues significativement plus positives après la célébration du Gudi Padwa.

Voici les lectures importantes prises avant et après les célébrations des deux premiers jours de l’année (31 déc. 2018 – 01 jan. 2019) et le Gudi Padwa (06 avr. 2019).

L’effet spirituel de célébrer Gudi Padwa par rapport au Nouvel An

Note à propos du Nouvel An (31 décembre – 1er janvier) – Au 1er mai 2019, les lectures post-célébrations ont les plus hauts niveaux d’auras IR et UV négatives qui ont été détectées par l’UTS sur une personne par l’équipe de recherche spirituelle. Cela indique la gravité de l’impact spirituel que l’expérience a eu sur les aspirants participants, et donc la gravité de l’effet des célébrations du Nouvel An sur la société.

Le tableau ci-dessus montre les effets très différents que les deux célébrations ont eus sur les participants. Dans le cas des aspirants qui ont participé, en raison de leur pratique spirituelle, ils ont pu se remettre de la négativité spirituelle des célébrations du Jour de l’An en quelques jours. Cependant, pour une personne moyenne normale, l’effet peut persister pendant des jours, voire des semaines. Si des personnes spirituellement moyennes sont exposées de façon répétée à de tels stimuli négatifs, la négativité de leur aura peut ne jamais se rétablir.

Une autre observation a été faite au sujet de la tenue vestimentaire des aspirantes. Il a été observé que parmi les aspirantes en détresse, celles qui portaient un sari de 8,2 m ont été plus positivement affectées par la cérémonie du Gudi Padwa que celles qui portaient un sari de 5,5 m. Cela indique que lorsque les aspirantes portent des saris de 8,2 m pour les occasions propices, elles sont plus susceptibles de profiter de la positivité de l’environnement en raison de la positivité spirituelle de leurs vêtements. Dans une autre expérience, on a découvert que le sari de 8,2 m, lorsqu’il est porté correctement, est le vêtement le plus positif pour les femmes.

4. Commentaires des aspirants participants à l’expérience

Les participants à l’expérience ont été interrogés à travers un sondage, sur leur sentiment avant, pendant et après la cérémonie du Gudi Padwa. On leur avait déjà demandé auparavant ce qu’ils avaient vécu lors de la fête de la Saint-Sylvestre à laquelle ils avaient participé, dans le cadre d’un autre sondage. Grâce à leur pratique spirituelle régulière, leur sixième sens est éveillé, et ils sont donc capables de percevoir les vibrations subtiles qui sont présentes en assistant à de tels événements.

Lorsqu’on leur a demandé comment ils allaient comparer chacune des célébrations au niveau des vibrations spirituelles sur une échelle de 1 à 10, la note moyenne donnée était la suivante. (Veuillez noter que 1 indique des vibrations très négatives et 10 des vibrations très positives).

L’effet spirituel de célébrer Gudi Padwa par rapport au Nouvel An

Une synthèse comparant leurs expériences lors de la fête de la Saint Sylvestre et de la cérémonie du Gudi Padwa est présentée ci-dessous.

Aspect La Saint-Sylvestre Gudi Padwa
Avant Les aspirants ont expérimenté une augmentation des pensées mondaines, avaient plus de pensées liées à la conscience du corps et de l’ego. Les pensées à propos de la pratique spirituelle et de Dieu se sont réduites. Les aspirants se sentaient introvertis spirituellement, calmes et reconnaissants d’avoir eu la chance d’assister à la cérémonie.

Pendant

Les pensées envers Dieu n’étaient pas présentes, et l’accent était mis sur le plaisir. Les pensées sexuelles ont augmenté et il y a eu une augmentation des désirs. Les aspirants ont également perçu des vibrations perturbantes dans les lieux.

Les aspirants ont fait l’expérience de la conscience Divine (Chaitanya) présente à la cérémonie et ont ressenti une guérison spirituelle. Certains aspirants ont éprouvé de l’émotion spirituelle (bhāv)

Après

Les aspirants se sentaient vidés de leur énergie et remarquaient une augmentation des pensées négatives. Il y avait de l’apathie et un manque de désir de faire de la pratique spirituelle. Ces effets ont duré 2 jours pour de nombreux aspirants.

Les aspirants se sont sentis frais et enthousiastes malgré le fait qu’ils se soient levés tôt pour assister à la cérémonie. Certains ont connu une réduction de leurs pensées et ont ressenti une réduction de leur détresse spirituelle. On avait le sentiment que l’expérience était beaucoup plus enrichissante et positive que la fête du Nouvel An.

A partir de ce qui est décrit ci-dessus, on a une idée précise sur la différence entre les deux façons de célébrer le Nouvel An à un niveau spirituel. Voici quelques commentaires des aspirants sur ce qu’ils ont ressenti lorsqu’ils ont comparé ces deux célébrations.

  • Les pensées étaient beaucoup plus pures, plus simples et plus positives en célébrant Gudi Padwa. En revanche, l’attirance du Māyā (la Grande Illusion) lors de la fête du Nouvel An, et aussi combien elle est éphémère et temporaire. L’expérience du Gudi Padwa a été beaucoup plus pure et gratifiante. Il n’y a pas vraiment de comparaison entre les deux événements, mais il est si évident de voir et d’observer le contraste frappant entre Tama et Sattva, le bruit et le calme, le contrefait et le naturel, éphémère et effet durable, et extraverti et introverti. Lorsqu’on pense à la fête de la Saint-Sylvestre on brosse un tableau très affligeant.

  • Lors de la fête du Nouvel An, j’ai senti que même si nous avions l’air de nous amuser, je pouvais sentir clairement qu’une couverture noire me recouvrait et que j’étais vidé de mon énergie positive. Aussi, tout l’environnement était orienté vers l’augmentation de l’extraversion et de l’ego. Il y avait beaucoup de vibrations sexuelles émanant des gens là-bas. Cependant, lors de la célébration du Gudi Padwa, la positivité de l’environnement n’a cessé de croître. Nous pouvions ressentir la guérison spirituelle et aussi l’introversion.

  • Une nuit avant le 31 décembre, j’étais agité et j’avais en tête l’idée que je voulais “faire la fête”. Par contre, la veille au soir du Gudi Padwa, je me sentais calme. J’avais l’impression que mon esprit était en paix et que j’étais heureux intérieurement. Le lendemain de la fête du Nouvel An était très pénible pour moi, car je n’avais envie de rien faire. J’avais l’impression d’avoir perdu toute mon énergie. Le lendemain du Gudi Padwa, je me suis sentie frais et énergique. Je me sentais plus calme, mon esprit était plus stable et je pouvais accomplir de nombreuses tâches avec enthousiasme.

5. Quelques différences entre le Nouvel An et le Gudi Padwa

Pour ceux d’entre nous qui assistons aux célébrations du Nouvel An, nous pensons rarement aux répercussions spirituelles. Nous assistons à de tels événements parce que c’est la norme et que nous ne remettons jamais vraiment en question le maintien du statu quo.

Pour vous donner matière à réflexion, l’équipe de recherche spirituelle a préparé un tableau comparatif entre les deux types de célébrations. Voici quelques différences entre les deux types de célébrations, et leur effet sur les personnes qui participent aux festivités en raison de ces différences.

Aspect Nouvel An Gudi Padwa (célébré de manière traditionnelle)
Le moment des célébrations Minuit (et toute la nuit) Lever du soleil
L’environnement à ce moment de l’année Aride et froid (dans l’hémisphère nord) Printemps et le début de la moisson
Envie de fumer une cigarette, de consommer des drogues et de l’alcool Elevé Nul
L’événement facilite L’augmentation de l’ego, du comportement sexuel, de la vulnérabilité sexuelle L’introversion et pureté spirituelle (sattvikata), la protection spirituelle
Exemple: porter un sari 5,5 m ou de 8,2 m.
Les célébrations incitent L’extraversion, les pensées sexuelles L’introversion spirituelle, l’émotion spirituelle, l’état méditatif
Le sentiment au lendemain Si l’événement est célébré avec enthousiasme, la plupart du temps, on se sent épuisé le lendemain et il faut du temps pour se rétablir. Les participants se sentent plus positifs physiquement, psychologiquement et spirituellement. A un niveau subtil, le participant est spirituellement énergisé.
Les réflexions sur la spiritualité et la croissance spirituelle Absentes Présentes
Le composant subtil plus actif au moment de la célébration Le composant Tama : Minuit est le moment le plus tamasik (spirituellement préjudiciable) de la journée Le composant Sattva : Le lever du soleil est l’une des plus sattvik (spirituellement pure) moment de la journée
L’effet des énergies négatives Activité maximale Activité minimale
Effet de participation Augmentation du risque d’être contrôlé par les énergies négatives1 Réduction du risque d’être contrôlé par les énergies négatives1

Notes :

  1. De plus, si l’on continue à participer à de telles fêtes tout au long de l’année, le risque d’être affecté négativement augmente considérablement. Inversement, s’engager régulièrement dans des activités spirituelles comme le Gudi Padwa augmente la positivité et réduit le risque d’être attaqué par des énergies négatives.

Tout comme les gens organisent des fêtes et des événements la veille du Nouvel An, la recherche spirituelle a montré que les énergies négatives planifient aussi la veille du Nouvel An afin qu’elles puissent profiter au maximum des gens pour mieux contrôler la société.

Selon le « National Insurance Crime Bureau », aux États-Unis, le nombre de vols de voitures pendant les vacances est l’un des plus élevés de l’année. Le principal coupable est le jour de l’An, mais la veille du Jour de l’An se classe également au premier rang pour l’augmentation des vols de voitures (nicb.org, 2018). II y a une forte augmentation d’autres crimes, comme la violence domestique, la possession de drogues, les états d’ivresses sur la voie publique, l’alcool au volant, la violence, etc… Par exemple, « l’Australia Bureau of Crime Statistics and Research » de la Nouvelle-Galles du Sud (NSW) a déclaré que le nombre d’agressions familiales enregistrées par la police de Nouvelle-Galles du Sud le jour du Nouvel An est le plus élevé de l’année (bocsar.nsw.gov.au, 2018).

Les points ci-dessus mettent en perspective les deux types de célébrations du Nouvel An. En fait, si l’on réfléchit un peu plus attentivement aux points ci-dessus, on peut s’interroger sur l’absurdité du choix de cette date et de cette heure arbitraires pour célébrer la veille et le jour de l’An. Avoir une fête ou un événement de bon augure à minuit est invariablement miné par les vibrations négatives de l’environnement. Une autre tendance inquiétante est qu’aujourd’hui, c’est la norme pour la jeune génération de faire la fête dans les clubs de danse tous les week-ends. Ce dont ils ne se rendent pas compte, c’est qu’ils sont affectés plus négativement que les aspirants qui ont pris part à l’expérience du Nouvel An. Comme cela se produit de manière répétitive, il est peu probable qu’ils peuvent se remettre de cette négativité. Cela entraîne des effets néfastes à long terme sur les plans physique, psychologique et spirituel.

6. Observations finales

Le but de la vie est de grandir spirituellement ou au moins on devrait essayer de ne pas augmenter la négativité spirituelle dans l’environnement, ce qui empêche directement la croissance spirituelle de la société. Idéalement, le Jour de l’An devrait être un jour où l’on réaffirme sa détermination en faveur de la croissance spirituelle, tout en exprimant sa gratitude à Dieu pour Ses bénédictions dans l’année écoulée.

Les célébrations du Nouvel An telles que les fêtes nocturnes (étant donné leur adoption mondiale comme forme de célébration) augmentent considérablement la négativité de l’environnement de multiples façons et ont donc un impact sévère sur la société au niveau spirituel. Malheureusement, en raison de l’incapacité de ressentir de vibrations subtiles de détresse, la société continue de célébrer le Nouvel An de cette manière, sans tenir compte de son côté obscur.

Selon la culture, la date du jour de l’An peut varier. D’un point de vue spirituel, une telle célébration ne devrait pas avoir lieu vers minuit ou après le coucher du soleil, mais tôt le matin. Ce n’est que si les célébrations sont orientées vers le progrès spirituel (selon les principes universels) ou la positivité spirituelle que des vibrations positives seront émises et que la société en bénéficiera.