1. Introduction

Lorsque j’étais une fillette, je me souviens que je percevais le fait d’être une fille comme une mauvaise chose, et que je désirais être un garçon. Je jouais toujours avec des garçons parce que je les trouvais plus “cool” que les filles, et j’avais le fantasme d’avoir un corps d’homme, dans le sens sexuel du terme. Vers 6-8 ans je faisais des rêves récurrents dans lesquels j’avais un pénis.

J’étais une enfant très curieuse sexuellement, et j’ai eu mes premières relations sexuelles avec un garçon à seulement 6 ans. J’aimais observer et jouer avec les autres enfants (garçons et filles) de façon sexuelle, et je suis devenue sexuellement active au cours de mon adolescence. Je prenais plaisir à la sensation de stimulation sexuelle et je la sollicitais parfois. Pendant l’adolescence également, je me masturbais souvent.

2. Phase féministe

Rien de tout ça ne me semblait étrange, cela me paraissait juste comme une partie de moi-même. En grandissant, et en allant à l’université, j’ai fait la connaissance de nombreuses personnes féministes, LGBTQ (Lesbiennes, Gays, Bissexuels, Transsexuels, personnes étranges), ainsi que des personnes affirmées politiquement. Durant mon adolescence, j’étais passionnée par les droits de l’homme et des animaux, mais à l’université je suis devenue davantage militante et intéressée par la philosophie anarchiste. Je suis devenue très impliquée dans le “Centre des Femmes” au campus de mon école, et beaucoup de mes amis étaient lesbiennes ou «queer» (un terme politique employé pour désigner l’opposition aux stéréotypes «normaux» de genres masculin, féminin, régulier, gai, etc.). Je me suis inscrite aux “Études de Femmes” que j’ai suivies alors que j’étais mineure.

3. Des relations qui ont aggravé mon état global

Mon premier petit ami de longue durée à l’université, Joe, s’identifiait lui-même comme “queer”, et il avait l’habitude de se comporter et de s’habiller vulgairement, souvent comme une affirmation politique. Il s’engageait sexuellement avec ses amis, fréquentait les bars gays, il échangeait des baisers et des caresses avec des gens. Il s’habillait comme un “punk”, et il faisait des déclarations contestataires en public ou dans ma famille en pensant qu’il avait raison et qu’il était progressiste. J’ai fréquenté mon premier bar gay avec Joe quand nous sortions ensemble, puis c’est devenu une chose quasi-régulière avec lui ou bien avec mes amis.

Alors que ma relation avec Joe progressait, j’ai commencé à m’habiller et à agir de façon différente, plus controversée, expérimentale ou avant-gardiste. J’étais toujours du genre spontané et dynamique, mais il y avait une part masculine en moi qui était parfois très froide, dure et brusque. Je me souviens d’avoir eu des conflits intérieurs concernant mon apparence pendant mon adolescence et encore quelques années après mes 20 ans. Par moments je voulais que mes cheveux soient très courts et avoir une “coupe de garçon”, et à d’autres moments, j’avais envie d’avoir les cheveux longs jusqu’en bas du dos. Quand j’ai eu 20 ans, j’ai coupé mes cheveux très courts, et quand j’ai rencontré mon petit ami Joe, j’ai commencé à les laisser pousser. Puis après avoir passé plus de temps avec lui, mes tenues vestimentaires sont passées de couleurs et de matériaux doux à des couleurs plus dures comme le rouge et le noir. J’ai acheté des bottes de combat, et j’ai commencé à m’habiller plus souvent en “punk”. J’ai coupé mes cheveux très courts, et je les ai teints de différentes couleurs comme du rouge et du rose.

Joe avait envie d’être dans une relation poly-amoureuse, ce qui était pratiqué par beaucoup de mes amis, si bien que moi aussi j’ai eu envie d’essayer de pratiquer “l’amour libre sans aucun attachement” et j’ai rencontré d’autres personnes alors que nous étions toujours ensemble. Je me suis impliquée sexuellement avec d’autres hommes pendant que je sortais avec Joe, et j’ai commencé à explorer les relations intimes avec des femmes également. Même si je n’avais jamais été attirée par les filles sexuellement quand j’étais plus jeune, j’avais l’impression, puisque tant de mes amis était queer, que c’était une façon “progressiste” de le faire.

4. Période lesbienne

Après avoir mis fin à ma relation avec Joe, j’ai eu ma première petite amie, et après cela je fus seulement attirée par des relations avec des femmes. Je me sentais à la fois heureuse d’être avec mes petites amies, et en même temps je ressentais un malaise dans le creux de mon estomac au moment des relations sexuelles. Mais j’ai encore dépassé tout inconfort juste pour pouvoir faire ce dont j’avais envie et fréquenter qui je voulais.

Après une succession de relations tourmentées, une nuit lors d’une “soirée queer” dans une boîte de nuit à la mode, j’ai rencontré un transsexuel qui s’appelait Zach (il était né de sexe féminin mais vivait désormais comme un homme). J’ai de nouveau ressenti de l’inconfort, mais en même temps une attraction envers Zach et nous avons commencé à passer du temps ensemble. Nous sommes sortis ensemble pendant deux ans et ensuite nous avons emménagé ensemble.

Il y avait beaucoup de conflits et de luttes dans notre relation, et de trop nombreux drames et querelles, ce qui était inhabituel pour moi car j’étais ordinairement une personne calme et raisonnable. Cependant, je me sentais tirée dans une relation très co-dépendante de laquelle je ne pouvais pas sortir. Zach, qui était effectivement une femme, avait beaucoup d’anxiété et de stress par rapport à son identité sexuelle, à la façon dont il était perçu en public, à son travail, dans sa famille, etc. Il avait du mal à garder un emploi et à se maintenir à flot financièrement, ce qui ajoutait de la pression dans notre relation.

(Note de la rédaction: Zach était possédé par un sorcier-subtil (māntrik) de la 4ème région de l’enfer, tandis que Caroline était possédée par un sorcier-subtil de la 2ème région de l’enfer. En conséquence, comme le sorcier-subtil à l’intérieur de Zach était plus puissant, elle n’était pas en mesure de s’opposer au contrôle qu’exerçait sur elle le sorcier-subtil à l’intérieur de Zach. Ceci s’est produit malgré que Caroline soit psychologiquement plus forte que Zach.)

En 2009 Zach et moi avons décidé de visiter l’Inde car il avait de la famille à Goa. Par la grâce de Dieu, nous avons pu avoir l’opportunité de rencontrer des aspirants de SSRF qui vivaient au Centre de Recherches Spirituelles à Goa.

5. Mon séjour au Centre de Recherches Spirituelles SSRF et la révélation que j’étais possédée par un entité masculine

C’était presque comme un miracle, car dès que j’ai commencé la répétition du Nom de Dieu selon les recommandations des aspirants, j’ai ressenti une libération d’énergie à l’intérieur de moi et particulièrement au niveau du chakra du coeur (Anāhat-chakra). Zach et moi étions curieux d’en apprendre davantage sur la pratique spirituelle et nous avons été invités à visiter le Centre de recherche spirituelle de SSRF. Nous avons ressenti une immense tranquillité au Centre de recherche spirituelle de SSRF et nous avons pu ressentir l’amour authentique des aspirants. Nous avons été autorisés à rester pendant quelques semaines pour faire une pratique spirituelle, qui comprenait la répétition, les guérisons spirituelles, le service à la Vérité (satsēvā) et la participation à des expériences subtiles.

(Note de la rédaction : Les expériences-subtiles sont menées en tant que partie intégrante de la recherche spirituelle, avec l’utilisation d’un 6ème sens hautement développé.)

En peu de temps, j’ai senti des changements se produire à l’intérieur de moi et j’ai commencé à éprouver le besoin de ne pas rester plus longtemps dans ma relation avec Zach. J’ai véritablement rompu avec lui au Centre de Recherche Spirituelle, et j’ai senti que je pouvais enfin être libre et prendre le bon chemin.

J’ai commencé à avoir beaucoup d’explosions émotionnelles. Au cours d’intenses sessions de guérison spirituelle, j’ai appris que j’étais possédée par une énergie négative. Ensuite, Sa Sainteté Dr.Athavale a précisé que c’était un sorcier-subtil, et qu’il avait commencé à me posséder au cours de cette vie. Au fil des années le pourcentage de contrôle qu’il avait sur moi avait augmenté. Quand j’avais 16 ans, son pouvoir sur moi était de 50%, et à mes 20 ans il était de 70%. Au moment de ma venue au Centre de Recherche Spirituelle, le contrôle du sorcier-subtil sur moi atteignait 70 à 90%.

Ainsi j’ai pu comprendre pourquoi j’avais une confusion sexuelle (par exemple, le désir d’avoir un organe sexuel masculin, les idées contradictoires sur la façon dont je devais m’habiller ou me coiffer), c’était parce que le sorcier subtil, qui était masculin, fusionnait avec mes pensées et je ne pouvais pas distinguer mes propres pensées des siennes ! Comme je souffrais d’anxiété et d’incapacité à prendre des responsabilités, cette révélation m’a en fait soulagée après un certain temps car je me suis rendu compte que tous ces conflits intérieurs que je ressentais à propos de l’identité sexuelle – et de la vie en général – étaient dus à ma possession par un sorcier-subtil.

6. Concentration sur la pratique Spirituelle

Pendant les trois années suivantes, les changements ont continué de se déployer dans ma vie. Je suis restée célibataire pendant 3 ans et je n’avais pas envie de sortir avec quelqu’un. Je me suis concentrée sur la pratique spirituelle, et j’ai senti une importante guérison se produire à l’intérieur de moi. Auparavant je me sentais très peu sûre de moi-même et je ne pouvais pas prendre de petites décisions à cause de l’anxiété et du doute de soi, mais à présent, doucement, je commençais de parvenir à vivre une vie responsable. J’ai pris plus de responsabilités dans la pratique spirituelle, au travail, et j’ai également surmonté beaucoup de problèmes du passé avec les membres de ma famille.

Ma famille aussi était très heureuse de voir les changements en moi, car je suis devenue plus calme, aimable, et “normale”. Ma mère disait que j’avais pris l’habitude de m’habiller de certaines manières ou de fréquenter certaines personnes juste pour la contrarier. Je ne le faisais pas intentionnellement, mais maintenant je pouvais voir que beaucoup de mes comportements antérieurs avaient réellement été influencés par les énergies négatives.

Grâce à Dieu et à S.S. Dr Athavale qui m’ont aidée à suivre la voie appropriée, une certaine beauté féminine a commencé à émerger de moi. J’avais l’habitude de me sentir mal à l’aise en paraissant féminine ou en étant « douce », mais par la grâce de Dieu, j’ai commencé à me sentir une vraie femme pour la première fois.

7. Mon engagement à me marier avec un homme très agréable

En 2013 J’ai rencontré un homme très charmant et nous nous sommes fiancés pour nous marier cet été (2014). Mes parents sont très heureux, et ils pensent qu’ils n’auraient pas pu trouver un homme plus parfait pour m’épouser. C’est remarquable, car de toute ma vie, je n’ai jamais voulu me marier. Il y a deux ans seulement, alors que les changements ont commencé à prendre place dans ma vie, j’ai soudain eu le sentiment que je voulais me marier.

J’ai commencé à chercher un partenaire, mais rien de bon n’est ressorti de cette quête. Puis, quand j’ai finalement abandonné et que je me suis sentie en paix d’être seule, Dieu a fait entrer mon beau fiancé dans ma vie.

8. Gratitude

Je suis très reconnaissante envers Dieu et S.S. Dr Athavale de m’avoir donné tant d’amour, de patience, de soins et de grâce, de m’avoir retirée des modèles de vie malsains, et rapprochée de Dieu. Il y avait tellement d’ego et de désarroi profond auparavant, et j’étais vraiment dans l’obscurité. Mais Il m’a relevée et m’a tout donné. Mon unique prière est qu’Il obtienne de moi que j’augmente ma pratique spirituelle afin de pouvoir me rapprocher de Dieu.

– Mademoiselle Caroline Matthews, du Canada (L’aspirante a utilisé un pseudonyme afin de préserver sa vie privée)